Le moulin de la Mousquère

Précédent
Suivant

Ce moulin de montagne est situé au bord d’un torrent, la Mousquère, isolé de toute agglomération, à égale distance entre les villages de Sailhan et d’Estensan auxquels il appartient. Comme tous les moulins de montagne il n’était pas habité par le meunier et sa famille. C’est un bâtiment de petite dimension, de forme carrée, 7 mètres de côté, avec des murs épais de 70 centimètres. Dans la vallée d’Aure, le toit à deux pentes est couvert d’ardoises. Comme la plupart des moulins à eau de montagne de la région Midi-Pyrénées, le rouet est horizontal. Le moulin de la Mousquère possède une paire de meules de 1,40 mètre de diamètre (il y en avait deux lorsqu’il était en activité). Un blutoir mécanique était actionné par un troisième rouet, plus petit de la taille d’une roue de brouette.

On accède au moulin par une petite porte en bois de 80 centimètres de large. Dans l’ancienne porte d’entrée une chatière laissait passer le chat en quête de souris. A gauche de la porte, un anneau métallique servait à attacher les animaux de bât. Souvent, à côté était scellée une pierre plate qui servait de support au sac de céréales que le paysan déchargeait de son âne ou de son cheval pour ensuite le placer sans effort sur ses épaules.

Comme tous les moulins de montagne, le moulin de la Mousquère était mis en chômage une partie de l’hiver. Les chutes de neige parfois abondantes à cette altitude, 920 mètres, ne permettent plus d’accéder facilement au bâtiment de décembre à février. La température atteignant fréquemment à cette époque de l’année moins 10 à moins 15 degrés, l’eau gèle, bloquant la planche de dérivation et le rouet, empêchant toute activité.

Le meunier ne restait pas totalement inactif. Il profitait de cet arrêt forcé pour procéder à l’entretien du mécanisme et du moulin. C’était aussi pour lui l’occasion de repiquer les meules afin de leur redonner du mordant.

De nombreux aménagements ont récemment été réalisés par la commune autour du moulin (parking, barbecue, toilettes publiques, espace de promenade, aire de pique-nique, four à pain, jeux pour enfants, …).

Une aire de pique-nique (avec barbecue) est également à votre disposition sur le site du moulin (route d’Estensan) et vous  pouvez découvrir la promenade pédagogique avec différentes thématiques : les chants d’oiseaux, les animaux emblématiques des Pyrénées, les abeilles,  le bois….

Pour de plus amples informations, nous vous invitons à visiter le site internet du moulin.

Barthélémy Ferras, le dernier meunier

Né en 1927, Barthélémy Ferras était le doyen des hommes du village. Il était respecté et estimé par tous les habitants de Sailhan. Barthélémy était le dernier meunier du moulin de la Mousquère qui a cessé de fonctionner en 1962, et à ce titre, il moulut le grain pour un grand nombre de familles du village et des villages voisins. Il nous a quitté le …… dernier.

A l’occasion d’une exposition, organisée en novembre 2014, sur les objets et les documents de la Grande Guerre (collectés dans le village), des affiches avec le portrait de Ferdinand Ferras, père de Barthélémy, en uniforme de poilu de la guerre de 1914-1918, avaient été préparées. Lors d’une cérémonie, le maire avait offert à Barthélémy un cadre avec le portrait de son père. Très ému, il avait accepté d’offrir à l’assistance trois chansons de son répertoire :  « Sur les bords de la Riviera », « La victoire en chantant » et  » Dors petit piou ».

Mairie