LE PATRIMOINE RELIGIEUX

Précédent
Suivant

En 1873, après l’écroulement de l’ancienne église romane, la commune et le conseil de fabrique font appel à l’architecte Abadie pour dresser les plans d’une nouvelle église. L’église Saint-Laurent, patron du village, est de style gothique et a été construite à la fin du XIXème siècle. Les statues en bois de Saint Laurent et de Saint André, placées de part et d’autre du chœur, les vitraux lumineux (et en partie rénovés) lui confèrent une atmosphère paisible. On peut aussi y admirer une vierge à l’enfant debout, dite Notre Dame de Sailhan, qui provient de l’ancienne église romane aujourd’hui disparue.

Depuis avril 2014, l’église est ouverte tous les jours de 9h à 17h30. Chacun peut y pénétrer pour un moment de quiétude, de repos ou de prière et y découvrir l’exposition permanente d’anciennes photos sur le village.

L'histoire du chrisme de l'église de Sailhan

Symbole chrétien par excellence, le chrisme, dit roman commingeois, daterait du XIe ou XIIe siècle. Il est formé des deux lettres grecques Χ (chi) et Ρ (rhô), la première posée sur la seconde. A gauche, figure un pentagramme (caractère calligraphié composés de cinq graphèmes élémentaires, en fait, la forme d’une étoile à 5 branches) et trois étoiles à six branches, et à droite, 10 étoiles à 8 branches. Pendant près de 50 ans, il a été considéré perdu, et certains ont même douté de son existence. En 1947, une équipe d’étudiants qui faisait une étude et des recherches sur les chrismes en vallée d’Aure le découvre par hasard dans une vieille maison qui faisait office de presbytère. En très mauvais état, ils décidèrent de l’emporter, du côté de Marseille, dans le but de le protéger et de le sauver. Il part ainsi du côté de Marseille. Comment est-il revenu, le 15 août 1991 dans l’église de Sailhan ? Vous le saurez en venant voir ce chrisme, situé à l’entrée de l’église, au-dessus de la porte qui mène à la tribune…

L'ancienne église romane de Sailhan dite de Saint Laurent

Cette ancienne église romane se trouvait sur l’emplacement actuel du cimetière. Son architecture rurale d’origine vernaculaire (propre à la vallée et à ses habitants) et ses dimensions modestes faisaient apparaitre deux nefs et deux entrées (l’une sur la rue principale et l’autre sur le cimetière). L’entrée principale s’ouvrait sur la grande nef et la petite porte donnait accès à la petite nef, ce qui laisse à penser que cette dernière était peut-être réservée aux cagots. La Tour de guet, qui servait d’ordinaire de clocher, devait être assez éloignée. Cette tour était certainement intégrée dans le château aujourd’hui disparu et avec, pour seuls vestiges, le porche d’entrée de la maison Arnaud-Latour. Vers les années 1880, la vielle église menaçait de tomber en ruine. A partir de 1858, le Conseil Municipal et le prêtre de la paroisse ont essayé de trouver des aides et des secours financiers pour la réparer. Un incendie aurait précipité sa démolition vers 1873. Avant la construction de l’actuelle église Saint-Laurent de Sailhan, les offices religieux étaient célébrés dans une salle de l’ancienne école. 

L’esquisse réalisée  par Joseph Verdier, sur la base de documents déposés aux Archives départementales des Hautes-Pyrénées, est une illustration de ce que fût cette ancienne église.

Mairie